Ce matin, le ciel est clair, il va faire beau, c’est dimanche ; pour un jour de décembre c’est exceptionnel ; dans un quart d’heure, je vais aller au club, je suis content. Puis le téléphone sonne, c’est Marie-Claude : " André, Elysée ............... c’est fini".

 

Cindy + Elysée + Héliot = le P.U.C.H.

1990 : j’ai créé avec Cindy le PUCH qui comptait 4 adhérents.

1991 : Marie-Claude et Elysée sont arrivées.

1992 : nous accueillons Corinne et Héliot.

 

 

 

Qui aurait cru qu’une aventure, une histoire, l’histoire du PUCH commençait ? Personne à part Marie-Claude, Corinne et moi ne voulait y croire, on nous traitait de rêveurs, d’utopistes. Cindy avec la recherche, la détection dans la prévention des incendies, puis Héliot avec également la recherche, les enfants hospitalisés, scolarisés et la détection incendie et ensuite Elysée avec aussi la recherche, les enfants scolarisés, la détection incendie, puis à l’hôpital ensuite nous ont confortés dans notre conviction.

Vous avez compris ! rien que des disciplines plus humanitaires et utilitaires, que sportives. Une histoire a toujours un début et une fin, sauf si elle est composée de pages, comme un livre, un livre sans fin, le livre de la vie en fait. Des pages se ferment, le livre continue tant qu’il y a des pages à lire, à tourner, avec des émotions intenses, des joies, de la tristesse. La première page s’est tournée quand Cindy atteinte d’un cancer généralisé, s’est éteinte, non, est morte après avoir résisté à la maladie avec sa ténacité coutumière le 16 octobre 1998. le 12 janvier 2000, c’est Héliot (qui faisait certainement des jaloux) qui tourne la deuxième page, il est kidnappé, il ne sera jamais retrouvé. La troisième page vient d’être tournée par Elysée, ce dimanche 5 décembre 2004. Elle est partie doucement dans les bras de sa maîtresse.

Enfant, on me surnommait le sauvage et, longtemps, je me suis demandé pourquoi ? Aujourd’hui, je sais. Je suis incapable de montrer, de dire mes sentiments, mais je crois, j’espère que je sais les écrire. Notre cœur est comme l’Univers, des planètes meurent, ça fait mal, mais la Vie continue inexorablement, elle continue car cela n’aurait pas de sens s’il en était autrement. Nous avons pleuré Cindy, puis Héliot, ensuite ma fille chérie Katie et sa chienne Eïdi, puis Elysée maintenant. Chaque fois vous avez été là, des amis plus que des adhérents ; et aujourd’hui, nous avons encore besoin de vous, pour continuer à écrire les autres pages du livre du PUCH, pour continuer la vie de notre club, la vie éternelle comme l’Univers.

Notre logo est fait avec les photos de Cindy, Elysée et Héliot. Aujourd’hui je leur rends hommage, et aussi aux chiens en général sans lesquels toutes ces disciplines, les expos, nous, la cynophilie n’existeraient pas ; ces chiens sans qui on ne se connaîtrait pas tout simplement ; je les remercie d’autant plus qu’eux, le font sans hypocrisie, sans mensonges, sans les défauts des humains. Beaucoup d’humains ne seraient rien s’ils n’avaient pas de chien.

Aujourd’hui, je suis triste, j’ai encore perdu quelqu’un que j’aime. Et demain ? mon cœur est grand, mais il s’use.

André.


Eïdi et Katie - Elysée et Marie-Claude - Cindy et André - Héliot et Corinne